Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Europe, extrait.

2. La France et la “crase” nationale du politique et de l’économique

2. La France et la “crase” nationale du politique et de l’économique
Nous avons vu précédemment comment la France avait procédé à la sacralisation du politique et à la nationalisation du religieux. Un certain national s’inventait à travers les développements complexes du royal.
Cependant le Tiers-Etat gardait le sentiment que le roi, la noblesse et le clergé confisquaient la nation à leur profit. Ainsi en France, la cohérence interne de la nation est en cause. Elle ne pourra s’établir qu’avec la levée de cette division excessive entre le Tiers-Etat et les élites traditionnelles.

C’est ce qui entraînera la Révolution française. Mais une fois advenue en France, celle-ci fera résonner le problème dans toutes les autres sociétés européennes. Dès lors, la question de l’unité nationale sera relancée par cette voie nouvelle : celle de l’unité d’une société à partir de sa cohérence sociale.

Cependant en France même, les élites traditionnelles mais aussi les élites nouvelles se divisent sur les perspectives politiques, économiques, religieuses.
De ce fait, la France reste pendant un siècle dans l’oscillation politique. D’où ces quatre révolutions : 1789, 1830, 1848, 1871. D’où ces trois Restaurations, ces deux Empires et ces trois Républiques. Pourtant, dès le 1er Empire, Napoléon effectue “la synthèse de la France royale et de la France républicaine”.
Il signifie fortement le primat du politique sur le religieux en plaçant lui-même sur sa tête la couronne impériale tenue par le Pape.

Le dernier changement, celui qui mène à la stabilisation relative de la Troisième république, n’est intervenu qu’après une défaite militaire devant la Prusse et le bain de sang de la Commune de Paris faisant primer l’intensité économique sur l’intensité politique.
En 1905, avec la Troisième République, on en viendra à la séparation de l’Église et de l’État et à l’invention culturelle de la laïcité.

On n’oubliera pas non plus qu’il faudra les deux grandes Guerres mondiales pour que les femmes - en tout cas en France - puissent faire leurs premiers pas de citoyennes. D’ailleurs, de nombreuses dispositions juridiques les maintiendront encore dans des statuts minorés.
On le voit sur l’exemple français, les citoyennetés sont des productions différentes liées aux grands équilibres des pays. Elles s’établissent à travers des conflits. Entre le royal-impérial passé et le national-marchand futur, les sociétés européennes n’ont pas suivi les mêmes lignes évolutives.
Telle a été l’origine, malheureusement inaperçue, de leurs conflits extrêmes.

    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia