Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Langues et cultures, extrait.

3/ La logique adaptative antagoniste à la source des cultures et de leurs interprétations

3/ La logique adaptative antagoniste à la source des cultures et de leurs interprétations
Méta communication et métacognition sont plus que jamais nécessaires dans le contexte de la mondialisation qui nous découvre les langues-cultures dans leur exubérante extension et leur profondeur insondable. Les interprétations qui s’y réfèrent doivent éviter deux écueils. Celui de réduire, voire de trahir le sens des cultures et celui de s’égarer dans leurs infinies différences. Les interprètes n’ont guère de chance d’y parvenir sauf si l’interprétation se dote de moyens rigoureux et féconds lui permettant d’être construite, déconstruite, reconstruite. Et cela, si possible, de façon rapide et variée, au coeur de situations changeantes, surprenantes, urgentes. Or, si les cultures divergent et peuvent devenir fort éloignées les unes des autres, cependant elles ont toutes aussi des sources comparables. Ce sont les lieux et les moments généraux de l’adaptation humaine au cours de laquelle la liberté humaine s’affronte, nous l’avons dit, aux nécessités géographiques et historiques. Ainsi, bien que différentes, comme produits, les conduites culturelles entretiennent un commun rapport à l’adaptation humaine comme processus qui les engendre. On ne peut toutefois le comprendre qu’en observant que cette adaptation est toujours antagoniste, oscillante, composant ses réponses entre directions opposées : « ouverture, fermeture », « proximité, distance », « expressivité, réserve », « flou, précision », « redondance, pertinence », « implicite, explicite », « unité, diversité », « centration, décentration », etc. Cette logique adaptative antagoniste est à l’œuvre de multiples façons dans l’engendrement des cultures comme dans leurs évolutions.
Cette référence cruciale a été, jusqu’ici, souvent occultée. Par manque d’une perspective transdisciplinaire seule en mesure d’intégrer l’humain et les cultures, au lieu de les dissocier. Toutefois, cette intégration n’est pas un automatisme. L’acteur peut suspendre sa « libre » invention par fidélité identitaire à sa culture acquise, ou par découragement au cœur des changements difficiles.
En général, les acteurs humains gardent cependant la possibilité de s’inventer différents en relation aux contextes eux-mêmes différents. C’est ainsi que l’adaptation antagoniste constitue bien ce lieu et ce moment de reliance dynamique entre l’espèce humaine et ses cultures. La dynamique créatrice de l’engendrement des cultures devient, dès lors, référence indispensable pour des interprétations respectueuses de chaque système évolutif de ressemblances et de différences culturelles.
Nous allons maintenant étudier, de façon plus précise, quelques-unes des généralisations judicieuses qui constituent l’objet de la logique adaptative antagoniste. Ce sont elles, en effet, que l’interprétation doit découvrir et comprendre pour pouvoir user de leurs exceptionnelles qualités de rigueur, d’étendue, de profondeur et de souplesse.

    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia