Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Langues et cultures, extrait.

8/ Une logique adaptative antagoniste, bien au-delà du binaire

8/ Une logique adaptative antagoniste, bien au-delà du binaire
Une problématique représentée comme binaire est, en fait, ternaire. Son troisième terme est le résultat mixte qui associe à taux variable les deux orientations opposées, par exemple : « ouverture, fermeture », « unité, diversité », etc.
Pour E. Bernard-Weil (1988), la problématique adaptative « ago-antagoniste » est même quaternaire car l’acteur juge la situation et décide comment composer les deux orientations pour obtenir le résultat adapté.
Autre raison de ne pas confondre problématique adaptative et dualisme : chaque dialogique n’est pas isolée mais en interaction avec nombre d’autres. Les dialogiques « ouverture, fermeture », « intérieur, extérieur », « stabilité, mouvement », « unité, diversité » sont à l’évidence reliées.
Enfin, nombre de problématiques sont au-delà du binaire. Certaines, ternaires, sont célèbres. Hegel pose la nécessité pour une pensée complète d’associer les trois perspectives différentes que sont « particulariser, généraliser, singulariser ». L’analytique des genèses culturelles et interculturelles n’a pu être construite que sur cette base (Demorgon, 2010a). Dans le domaine des signes, Peirce (1978) a vu, de façon ternaire, l’association communicative : « je, tu, il(s) ou elle(s) ». Lacan développe trois façons de relier « réel, imaginaire, symbolique ». D-R. Dufour (1990) met en relation trois logiques, « unaire, binaire, ternaire » : affirmation identitaire, pouvoir de maîtrise, relation ouverte. Pour Morin (2001), toute dialogique est à la fois antagoniste, concurrente, complémentaire.
Pour Berne et l’analyse transactionnelle, la véritable adaptation est ternaire : « acceptation, révolte, invention ». Pour Rosenzweig, la réponse à la frustration est extrapunitive : on accuse l’autre ; intrapunitive : on s’accuse soi-même ; impunitive : on incrimine la situation.
De notre côté, nous avons montré que si les langues-cultures, par moment, choisissent entre « multiculturel, transculturel, interculturel », cela cache une logique adaptative ternaire préoccupante pour la pédagogie et la politique (Demorgon, 2005). Enfin, nos recherches concernant les grandes logiques adaptatives quaternaires distinguent et réunissent « religion, politique, économie, information » et « tribal, royal, national, mondial » (Demorgon, 2002, 2010a). On le voit, les recherches nouvelles, utiles aux formations à l’interprétation, ne manquent pas.

    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia