Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Langues et cultures, extrait.

7/ Culture et civilisation. Terminologie et traductions en temps et en lieux

7/ Culture et civilisation. Terminologie et traductions en temps et en lieux.
Après cette présentation d’une logique de parcours terminologique au profit d’un concept strict d’interculturel, il serait intéressant de constater à quel point les conceptions différentes qui sont celles des périodes et des pays, posent à la terminologie et à la traduction des problèmes constamment renouvelés.
A cet égard, l’opposition géohistorique et sociale entre les termes « culture » et « civilisation » est exemplaire. Les deux termes ont été fréquemment l’objet d’études comparatives. Ainsi, récemment, M. Mauviel (2011 : 91) résume quelques-uns des moments du conflit. Il précise qu’en langue allemande, selon Emmanuel Hirsch, « c’est sans doute Samuel Pufendorf (1632-1694), l’un des pères fondateurs de l’Aufklärung, qui usa le premier du terme « Kultur ». En français, avant le XVIIIe siècle, A. Rey (2005 : 1580) précise qu’on emploie le substantif « civilité » qui s’apparente à l’ancienne « courtoisie médiévale ». Le mot italien pour exprimer l’idée de civilisation est d’ailleurs demeuré « civiltà ».
Au XVIIIe siècle, la pensée française, avec les idéologues et singulièrement Volney, joue un rôle trop méconnu dans « l’élaboration du concept scientifique de culture… Dans le 3e quart du XVIIIe siècle, apparaissent « civilisation » et « civilization ». Ensuite se structure une certaine opposition des deux concepts du fait des orientations différentes des histoires nationales antagonistes de la France et de l’Allemagne. Avec déjà le premier Herder. A. Rey le souligne : A partir de l’idée d’une histoire universelle de Kant (1784), il y aura opposition entre Zivilisation et Kultur. Mais Alain Rey le souligne « bientôt l’opposition des deux termes devient souvent plus polémique que scientifique… Zivilisation représente l’emprunt à la notion française issue des Lumières, universaliste, rationaliste et humaniste alors que Kultur représente le style et le génie de la nation allemande, voire l’esprit de ce peuple (Volkgeist). » C’est là aussi un effet lié aux destins différents des couches sociales.
En Allemagne, la bourgeoisie montante cultivée se met en avant et s’oppose à la noblesse. Elle critique cette dernière indirectement en critiquant la noblesse française dont la prétendue civilisation ne consiste qu’en « manières » et en « maniérismes ». Avec la gloire que lui procure la proclamation de l’Empire allemand, à Versailles, le 18 janvier 1871, l’Allemagne consacre « Kultur ».
« Culture », « le mot magique se répand en Amérique centrale et du sud au point que « Civilizaçâo » fut banni de certains dictionnaires universitaires. Le grand folkloriste brésilien Luis da Camara Cascudo, dans « Civilizaçâo E Cultura », a vigoureusement mis en lumière ce qui mit aux prises les adeptes du nouveau vocable magique allemand et les fidèles de l’ancien. En France, dans l’Europe latine et en Amérique du centre et du sud, on opposa une certaine résistance au nouveau venu. » La Grande Bretagne qui disposait « d’une anthropologie sociale et non culturelle comme aux Etats Unis…résista longtemps… Quand « Oswald Spengler (1880-1936) écrivait : « Haute Culture », Arnold Toynbee (1889-1975) répliquait « Civilization ». (Mauviel, 2011 : 10-11).
En France, la résistance apparaît clairement aussi. Marcel Mauss traduit Kulturkreislehre par « cercles de civilisation. « Primitive Culture » d’E.B. Tylor reçoit comme titre : « Civilisation primitive ». Et Patterns of Cultures de Ruth Benedict (1934) devient Echantillons de civilisation (1950).

    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia