Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Sports et société, extrait.

2/ Extension, spectacularisation, retransmission planétaires des compétitions sportives

2/ Extension, spectacularisation, retransmission planétaires des compétitions sportives
Nous vivons à l’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication (N.T.I.C.). La télévision est la plus connue d’entre elles. Ce sont ses pouvoirs qui ont entraîné la mondialisation des compétitions sportives traditionnelles. Les matchs, d’abord nationaux, deviennent internationaux, drainant des spectateurs sur chaque continent puis sur la planète entière. La télévision est un parfait instrument de ce développement mondial des sports. Elle est « multimédia », associant indices, symboles, images. Elle rend présents la voix, la parole, le corps, les actions et les gestes, au cœur des espaces et des objets. Elle est adaptée à tous les publics. L’ubiquité télévisuelle nous fait accéder au sentiment que tous les lieux de la planète sont reliés à nous ; et le direct, que ces lieux le sont, instantanément dans un même temps mondial, y compris sur notre portable. La couverture planétaire des grandes retransmissions en direct entraîne le sentiment que les hommes de tous les pays partagent le même spectacle. Un tel agrégat global, logiquement impensable, reçoit ainsi une certaine forme d’existence. Pour la Coupe du Monde de 1998, celle des « Bleus », en prenant comme unité chaque spectateur devant un match, on atteint le chiffre de quarante-quatre milliards d’unités « spectateur-match. » (Demorgon, 2000).
Le sport, comme contenu télévisuel, présente une originalité exceptionnelle entre, d’un côté les fictions, de l’autre l’information sur les violences : celles de la nature et celles des humains. Le miracle du sport, c’est de conjoindre le réel et la fiction. Il est la première télé-réalité. Il est plus généralisable que les fictions et moins traumatisant que l’information. C’est
pourquoi, aujourd’hui, on entend : « L’actualité, c’est bien sûr, le rugby ! ».
C’est Juan Antonio Samaranch, à la tête du Comité Olympique International (CIO) qui, après 1980, associe déroulement des Jeux Olympiques et retransmission télévisuelle mondiale. De « Montréal 1976 » à « Sydney 2000 », les droits de la retransmission télévisuelle sont multipliés par dix pour les Jeux d’hiver et par trente pour les Jeux d’été. Ils atteignent plus d’un milliard de dollars. Ce « mariage d’amour et de raison entre le sport spectacle et la télévision », a été souligné par Jean-Marie Brohm, Pierre Gabaston et Bernard Leconte (2000). Il n’est pas près de finir.

    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia