Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Sports et société, extrait.

7./ La conquête sportive terrestre et maritime de la planète

7./ La conquête sportive terrestre et maritime de la planète
La mondialisation des compétitions sportives couvre directement la planète à travers les déplacements des joueurs et les retransmissions médiatiques internationales. La mondialisation des nouvelles pratiques sportives n’y parvient qu’indirectement à travers l’industrie et la commercialisation mondiales.
La troisième mondialisation dont nous traitons maintenant est, de nouveau, directe. En effet, elle opère à travers des sports dont le projet est de conquérir l’espace-temps planétaire. L’ancêtre fictif d’un tel projet est, bien entendu, le célèbre Tour du monde en quatre-vingt jours de Jules Verne.
La conquête sportive terrestre a d’abord été largement prise en charge par le sport automobile. C’est le « Paris-Rouen » qui a inauguré, en 1894, la course sur route, de ville à ville. Le rallye de Monte-Carlo, première édition 1911, est annuel dès 1924.
L’ambition de conquérir l’espace terrestre, en valorisant les techniques nouvelles et les marques qui les propulsent, s’illustre avec les fameuses croisières Citroën : Traversée du Sahara 1922-1923, Croisière noire 1923-1924, Croisière jaune 1931-1932, Raid Paris-Kaboul 1970, Raid Afrique 1973, Opération Dragon 1988, Raid Berlingot 1997.
C’est seulement en 1973 que se met en place un Championnat du monde des rallyes. Il y en a aujourd’hui plusieurs en fonction du moment, du type de terrain (asphalte, terre ; sec, mouillé, enneigé, glacé), du type d’automobiles, du nombre de manches. Citons le « Paris-Dakar » (10 000 kilomètres) dont la première édition eut lieu en 1978 et qui se poursuit toujours, en dépit de diverses critiques.
La conquête des espaces terrestres s’est toujours mesurée aux grands déserts que ceux-ci soient de sable (Sahara, Ténéré) ou de glace (Arctique et Antarctique). Ainsi, Jean Louis Etienne et Will Steger ont co-dirigé, entre juillet 1989 et mars 1990, Transantarctica, avec chiens et traîneaux sur 6 300 kilomètres.
La conquête maritime sportive de la planète résulte également d’une synergie entre invention des matériaux et des techniques, industrie des bateaux et retransmissions télévisuelles des départs, des parcours et des arrivées.
La « Coupe de l’America » débute en 1870. Ce n’est qu’en 1983 que les Américains la perdront pour la première fois au profit des Australiens.
La première course en solitaire à la voile et autour du Globe date de 1968. Ce fut le « Golden Globe Challenge ». Une mort et un suicide lui portèrent tort. Il fut remplacé par le « Boc Challenge ». La « Route du Rhum », de Saint Malo à Pointe-à-Pitre, fut lancée en 1978. La course « La Baule-Dakar », en 1980. La « Velux Cinq Océans » connaîtra sa première édition en 1982. Enfin, autre épreuve de course à la voile en solitaire autour du monde, également bien connue, le « Vendée Globe » sera lancé en 1989.
*
Ces trois mondialisations des sports – compétitions internationales, affrontement à la nature, conquête de la planète – constituent un phénomène grandiose et un événement décisif accompagnant le passage des sociétés nationales aux sociétés d’économie informationnelle- mondiale. Cette approche « comparative-descriptive » était un préalable obligé pour que les problèmes ne soient pas posés de façon trop réductrice d’un seul point de vue. Sur cette base, devrait intervenir une seconde approche « compréhensive-explicative ». En effet, que signifie véritablement cette triple mondialisation des sports et où nous entraîne-t-elle ? Les sports accompagnent-ils nos violences, en les régulant ou en les amplifiant ? Leur exaltation et leur diabolisation trouvent l’une et l’autre d’ardents défenseurs. Peut-on les comprendre à travers cette opposition ? Peut-être, à condition de découvrir les trois secrets des sports.

    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia