Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Sports et société, extrait.

5/ Mondialisation et triple planétarisation des sports

5/ Mondialisation et triple planétarisation des sports
C’est donc avec les Jeux Olympiques post-modernes, partie intégrante de la planétarisation sportive, que nous vivons la troisième transition sociétale entre nations-marchandes d’hier et sociétés d’économie informationnelle mondiale d’aujourd’hui. Cette planétarisation des sports est même triple.
1/ La première concerne les jeux sportifs compétitifs classiques, maintenant retransmis par tous les anciens et nouveaux médias d’information et de communication sur toute la planète.
Lors du « Mondial de foot de 1998, on avait calculé qu’il y avait eu 44 milliards de visualisations d’un match au moins. Cette diffusion élargie au monde est encore plus vraie pour les Jeux Olympiques.
2/ La seconde planétarisation est celle des NPS (nouvelles pratiques sportives) comme on a déjà les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication). Les deux sont liées. Cette seconde planétarisation sportive popularise tous les rapports des individus aux environnements planétaires : des vagues sur les plages (surf) aux vents des vallées (parapente) et aux montagnes enneigés (ski, alpinisme). Elle offre à tous les individus du monde les moyens de s’approprier les multiples lieux de la planète Tout un chacun peut, en se procurant les équipements nécessaires, trouver une place, à sa mesure : dans l’escalade, les multiples formes de glisse, les marathons, l’usage des VTT, des motos, des parapentes, etc. Paul Yonnet parle d’un « second système des sports » Il écrit : « Ces sports se sont développés à partir des années 1970 avec le temps de loisir. Ils portent les multiples empreintes de l’époque : individualisme, égalité, nouveau rapport avec la nature et les énergies (23).
Ils sont aussi apparus dans une contre-culture sportive. Elle s’exprimait déjà en 1962 dans la nouvelle d’Allan Sillitoe, « La solitude du coureur de fond » devenue le film de Tony Richardson. Mais, en 1969, la fiction devient réalité quand Bernard Moitessier, vainqueur potentiel de la première course autour du monde en solitaire, organisée par le Sunday Times, refuse la victoire et le prix associé, simplement parce qu’il décide plutôt de continuer vers le Pacifique.
3/ On voit bien ainsi le lien entre seconde et troisième planétarisations sportives. Cette troisième planétarisation s’exprime, en effet, avec toute forme de conquête sportive de la planète, par terre, air et mer. L’ancêtre fictif, ou plutôt le prophète, de tels projets, c’est bien entendu Jules Verne et son célèbre Tour du monde en quatre-vingt-jours. . L’ambition de conquérir l’espace terrestre s’est d’abord manifesté au travers des fameuses Croisières Citroën. D’abord, la Croisière noire (1923-1924) dont le Paris Dakar est l’héritier même s’il se retrouve en Amérique latine. Ensuite, la Croisière jaune (1931-1932) tout aussi célèbre.
La conquête des espaces terrestres se mesure aussi aux grands déserts qu’ils soient de sable, ou de glace comme ce fut le cas pour Transantartica, avec Jean-Louis Etienne et Will Stenger, en 1989-1990. La conquête sportive des espaces maritimes est sans doute la plus spectaculaire : Coupe de l’América, Golden globe challenge, Route du rhum, Vendée Globe sont célèbres. Toutes ces épreuves ont fait, ou font, l’objet d’attentions et de retransmissions médiatiques constantes. Elles mettent aussi en évidence de grands enthousiasmes populaires.

    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia