Publications récentes

  Thématiques
  Cliquer ci-dessous sur l’icône (image & texte)
vous êtes à, publication de J.Demorgon sur la thématique Sports et société, extrait.

2/ langage “universel” du sport et lien mondial

2/ langage “universel” du sport et lien mondial
Dans l’univers télévisuel, l’information sportive occupe une très grande place. Des chaînes s’y consacrent entièrement. Le romancier Bernard Clavel s’étonne de voir le sport et son spectacle à cette place: “Je préférerais un peu plus de culture, un peu plus de lecture, un peu moins de coups de pied dans le ballon rond” (5). Mais Clavel nous parle ainsi des hommes tels qu’ils devraient être et non des hommes tels qu’ils sont aujourd’hui. Il nous faut analyser les raisons qui font du sport une référence qui semble tendre vers un certain “universel”.

1. En premier lieu, le sport et son spectacle sont peu dépendants de la Babel des langues. En dépit d’une référence plus fréquente à la langue anglaise dans les développements médiatiques planétaires, les langues avec les cultures qui les accompagnent constituent et constitueront sans doute encore longtemps des lieux forts d’intégration singulière.

2. La symbolique élémentaire des sports et de leur spectacle utilise des codes restreints relativement transmissibles à tous, indépendamment des langues et des cultures.

Certes, les cultures existent et développent des sports qui peuvent être ignorés de certains publics. Chacun sait, par exemple, qu’il y a une grande différence entre football américain et football européen. Mais, de toute façon, la barrière des langues intervient peu. Sports et spectacles sportifs peuvent être compris à partir de codes dont l’apprentissage n’est pas vraiment difficile si l’on est motivé. Deux pages et une note suffisent, par exemple à Dominique Chateau, pour nous faire comprendre l’essentiel du code du football américain qui n’est pas le moins complexe des sports (6).

3. Les remarques précédentes tiennent d’abord à ce que les sports utilisent la donnée universelle du corps humain en acte. C’est vrai aussi de la danse ou du mime. Mais les sports sont généralement plus simples dans la mesure où l’activité corporelle s’y affronte à des actions précises dépendantes d’une instrumentalisation claire des objectifs (le nombre de buts ou la vitesse...) et des moyens (la virtuosité personnelle ou le jeu collectif...).

4. Dans cette optique, les sports et leur spectacle mettent en oeuvre des oppositions et des équilibres fondamentaux: personne et groupe, violence et maîtrise, échec et performance.

5. Tout cela indique que les sports et les spectacles sportifs permettent une hyperparticipation. Celle-ci se situe à tous niveaux et passe par toutes sortes d’identifications: aux plans des couches sociales, des âges, des sexes, des ethnies, des régions, des nations, des continents et du monde.

6. Les sports et leur spectacle constituent un théâtre humain total. L’action glisse publiquement du terrain, aux estrades, à la rue. Mais, privativement aussi, de l’écran au fauteuil et au voisinage. Ce que le théâtre a toujours voulu être, le spectacle sportif le réalise. Le spectacle est dans la salle notait monsieur Teste pour le théâtre. Ici, le spectacle est dans le stade. Il y a les protagonistes, il y a le choeur où se mêlent les hauts responsables et le peuple. Et, à l’exception de décibels supplémentaires, leur langage est le même. Ainsi, comme tout un chacun, le Président Chirac est “le plus heureux des hommes”. Le spectacle s’étend même aux abords occupés bruyamment par ceux qui n’ont pas pu entrer. A l’intérieur du stade, en quelques circonstances, il est vrai, relativement exceptionnelles, l’action a déjà pu prendre le chemin des violences extrêmes: celui soudain tragique des paniques meurtrières ou celui qui conduit même jusqu’aux prolongations guerrières, par exemple en Amérique du Sud. Tout autour du stade, et même au-delà, l’environnement urbanistique et architectural, l’infrastructure routière doivent être spécifiquement conçus et constituent le décor de l’environnement urbain du stade.

Selon G. Derèze: “Des auteurs comme Christian Bromberger ou Marc Augé ont bien montré comment le match de football peut être envisagé comme un spectacle total et plus globalement comment le football peut être envisagé comme un fait social total” (7). La conjonction des deux phénomènes signifie que nous nous trouvons dans la genèse sociétale proprement dite. Le spectacle total en devenant fait social total ne parle plus seulement de lui-même mais de la genèse en cours de la société et de la création de sa culture.

7. Les sports et leurs spectacles sportifs mettent en scène plusieurs caractéristiques de la mondialisation. Nous nous contenterons de préciser les trois points suivants: - 1) Économique et performance. - 2) Rigueur et instantanéité de l’information. - 3) Incertitude et sacrifice.

- 1) Économique et performance. Les spectacles de sports sont des spectacles de performances: “leur constitution et leur diffusion représentent elles-mêmes des performances. La transmission télévisuelle de spectacles sportifs de plus en plus mondialisés tend à satisfaire les exigences de l’économique à travers l’économie d’échelle” (8). Dans cette perspective, le phénomène du record se généralise. Pour Dominique Chateau: “scores fleuves, records de spectateurs ou d’audience télévisuelle, manifestent incontestablement la corrélation étroite entre le sport et le commerce. Mais la réciproque est vraie: comme le note encore Huizinga, le facteur sportif est devenu un critère d’évaluation des performances de l’entreprise”. (9)

- 2) Rigueur et instantanéité de l’information. La sporTVsation mondiale tend à satisfaire, en même temps que la dimension économique, la nouvelle dimension informationnelle. “grâce aux spectacles sportifs, se constitue en permanence une base de production de contenus sans cesse renouvelés pour les médias de masse. La performance est démultipliée, synergique, généralisée. Elle se montre, se démontre en célébrant son culte” (10). La sporTiVisation mondiale spectacularise non seulement la performance mais aussi l’actualité ou si l’on préfère “le direct” car c’est ce qui se passe en ce moment sur le stade qui compte. Elle spectacularise le fait même de la mondialisation. Elle tend à constituer la performance, l’actualité et la mondialisation comme des “évangiles”. La production de l’information et son contrôle sont impressionnants. Gérard Derèze nous rappelle que pour la dernière Coupe du monde de football “les réalisateurs des soixante-quatre matches bénéficieront d’un dispositif technique impressionnant: dix-sept caméras, quatre super-ralentis et quatre ralentis normaux” (11). De son côté, Dominique Chateau note que dans le football américain, “l’arbitrage in situ interfère avec un contrôle vidéo. Ce point est très important, non seulement parce que les incidents d’arbitrage se trouvent considérablement réduits (au contraire, dans le football ou le rugby européens qui rejettent l’apport vidéo, les décisions de l’arbitre sont souvent, et parfois violemment, contestées - conséquence ou épiphénomène ?), mais encore parce que le rôle de témoignage factuel de la vidéo sur place contribue à renforcer la croyance du téléspectateur envers la transparence du médium et la véracité de ce qu’il médiatise” (12).

- 3) Incertitude et sacrifice. Les exigences nouvelles concernant les performances et les informations s’accompagnent inévitablement d’une part très importante d’incertitude et de sacrifice. Les prises d’E.P.O. montrent que les sportifs peuvent aller jusqu’à mettre leur vie en danger. Le salut éternel est remplacé par un salut immédiat, celui de la gloire atteinte en un instant. Les sports et les spectacles sportifs contribuent à faciliter ce passage d’une performance pensée de façon transcendante (la grâce de Dieu) à une performance vécue de manière immanente (le courage des hommes et la faveur des circonstances). Ils nous rendent conscients de la difficulté de production d’une performance. L’ascèse maintenue des entraînements, la mobilisation des sciences et des techniques du corps, la foi et le soutien populaires, n’empêchent pourtant pas la glorieuse incertitude. Tout cela redessine une sorte de grâce conjuguée à travers l’information, la forme, le sacrifice et la chance.
*
Ces exemples ici trop peu développés suffisent cependant à nous montrer que les sports et les spectacles sportifs mondialement télévisés sont intimement liés aux nouvelles perspectives spécifiques de la mondialisation dans son ensemble. Ils en donnent une preuve indicielle dans la mesure où ils les mettent directement en oeuvre. Ils en donnent une image exemplaire à travers leur spectacularisation. Ils les adoucissent en les liant au ludique. Ils les légitiment en les liant au partage festif des émotions collectives intenses. Les situations difficiles et même tragiques qu’entraînent la mondialisation n’en sont pas pour autant supprimées. Elles sont seulement, au moins pour un temps, suspendues et fixées dans leur localisation spatio-temporelle. Le spectacle sportif, mondialement télévisé, ne les compense pas. Soudain au delà, il installe son visage de présence planétaire. Après la victoire de l’Équipe de France, on pouvait lire dans la Presse: “le Monde est bleu”. Cette simple métaphore mêlait sans doute inconsciemment deux messages bien différents: “Le monde est stone” et “La Terre est bleue comme une orange”.
Cette analyse rapide des caractéristiques fondamentales des sports et des spectacles sportifs télévisuels permet de mieux comprendre ce que nous avons déjà nommé la sporTVsation mondiale. La télévision et le sport réunis définissent un ensemble de lieux et de moments susceptibles de constituer un certain type de lien humain mondial. Nous allons d’abord présenter le phénomène à travers deux évolutions récentes: l’intégration du national dans le mondial et le ralliement des femmes. Nous nous interrogerons ensuite sur le sens de cette constitution d’un nouveau lien humain mondial à travers cette conjonction du sport et de la télévision.


    =>retour au plan des extraits de l'ouvrage        =>retour publication de J.Demorgon sur la thématique


Jacques Demorgon, écrivain - mentions légales - réal. o multimedia